Le Dîner de filles

admin | Humeur parisienne | Vendredi, 29 février 2008

Je ne suis pas une acharnée de la cause féministe même si je demeure vigilante.

Je ne suis pas mâle septique même s’il est avéré qu’un homme ne saute pas au plafond le jour des soldes, n’a pas la larme à l’œil en regardant Urgences, devient mutique au milieu d’une conversation sur l’épisiotomie et trouve déplacé de mettre une barrette pour chanter à la télé.

Je ne suis pas accro aux trucs girly mais je constate sans difficulté qu’un mec pense qu’un sac à main cela prend surtout de la place dans un placard, qu’une paire de boucle d’oreilles ressemble à s’y méprendre à une autre paire de boucles d’oreilles et que si ma frange m’énerve j’ai qu’à me la couper (entendre me la boucler).

Bref, il y a des sujets que l’on n’aborde qu’entre filles, particulièrement ceux qui font le sel de la vie quotidienne (suivez mon regard)

Pour bosser des dossiers aussi costauds que « La frange rajeunit-elle ? », « Brosse soufflante ou plaque céramique », « Le StriVectin a-t-il signé l’arrêt de mort du botox ? », « A partir de quel âge doit-on s’interdire les leggings ? »,  « Dois-je lui faire un enfant dans le dos ? », « Mon nouveau copain est-il un serial killer ? »,  « Ma belle-mère est une psychopathe », « Je comprends rien à la Paje de CAF » et tous les sujets ayant pour objet toutes les formes de rapports entre les deux sexes, rien mais rien ne vaut un dîner de filles (ou un de ses avatars).

Loin de moi l’envie d’apporter de l’eau au moulin des ricaneurs (♂) qui trouvent ces questions bien futiles, terre à terre ou carrément vulgaires, à des kilomètres des sujets d’interrogation fondamentaux qui se bousculent du matin au soir entre l’oreille droite et l’oreille gauche de tout mâle bien fait (ploc ploc !).

(Au passage quand je demande à mon cher et tendre de quoi ont-ils parlé lors d’un dîner de copains-malins, il me répond « ben de rien » quasi tout le temps. A peine sait-il que son meilleur pote a des manies bizarres ou que tel autre s’épile le torse alors que moi oui je le sais…par sa femme).

Dans la vie on a des petits plaisirs et ma foi les retrouvailles entre copines en sont un fondamental. Le dîner de filles est un sas de sécurité, une soupape de décompression, un havre de tolérance et de rigolade.

La parisienne en est friande et décline le genre : un café devant la machine, une pause déjeuner à la brasserie du coin, un apéro au bistrot, un cocktail dans un bar branché, un dîner au resto, une dînette à domicile ou un plateau télé devant la Nouvelle Star, tout est bon à prendre pour multiplier les occasions.

Quelque principes de bases pour être sûr qu’un « dîner de filles » ne se transforme pas en concert du Chœur des hystériques réunies au comptoir, en banquet annuel des dames patronnesses, en réunion de parents d’élèves ou en conférence de rédaction de Voici.

1) Triez vos copines sur le volet : c’est horrible je sais, mais toutes les filles ne sont pas armées pour ce genre de festivités. Basez celles qui sont hors service temporairement : mise bas d’un Stroumph, surmenage professionnel, histoire d’amour trop compliquée etc. Choisissez des copines fringantes et motivées.

2) Evitez les mélanges et n’introduisez pas de contrefaçons de copines : il y a peu de chances que votre collègue délurée confie ses aventures avec le responsable logistique de sa boite à votre copine de 6ème que vous avez retrouvé hier sur Mes copains d’avant, ni à la nana fort sympathique à qui vous avez vendu vos tongs sur Ebay. Le mieux c’est la bande récurrente qui se connaît très bien mais ne se voit pas trop afin d’accumuler de quoi bavasser entre deux sessions.

3) Trouvez un point de ralliement à l’image de votre groupe. Avec de l’ambiance, de la place et de jolis éclairages. Essayez de choisir un lieu à la croisée de vos chemins respectifs : ainsi on gagne du temps de parole et on évite de se demander tout au long de la soirée si Jackie pourra nous ramener en scooter.

4) Une situation à éviter : Le gros de la troupe est claqué : l’une boucle son exposition, l’autre a accouché d’un morpion qui ne fait pas ses nuits et la suivante arrive ventre à terre d’un salon professionnel. On a tellement envie de se voir qu’on essaye d’oublier qu’on est crevé : les conversations se traînent, le ton monte facilement, on est saoule au bout de deux verres et sans crier gare Sylvianne colle une tartine à Martine ! Un conseil reportez ! Sinon n’organisez pas le raout dans un bar mais plutôt dans un resto calme ou à domicile !

5) Autre situation à gérer : Le gros de la troupe est en pleine forme ! Douze mojitos plus loin, on est encore très rigolote et à minuit on se retrouve dans un taxi direction chez soi avec la furieuse envie de jerker ! Pas de crise de conscience, on ne vit qu’une fois, ces moments sont rares. Trouvez un plan de secours après le resto ou le salon de votre copine : une bonne boîte de nuit des familles ou un bar animé pour prolonger la soirée !

6) Un impair à ne pas faire : Vous n’avez pas eu le temps de vous faire belle et vous vous en moquez car cela fait huit ans que vous traînez avec Patricia et Micheline. Grave erreur ! Une fille même gentille, ça remarque votre vieux pull fétiche, votre rimmel tout sec et votre face qui luit dans la nuit. Changez-vous au bureau ! Maquillez-vous en baignant vos enfants ! Utilisez leurs lingettes sous les bras ! Mettez du senbon et le dernier tee-shirt grâce auquel vous mettez le monde à vos pieds ! Vos copines méritent bien ça et le clin d’œil des éboueurs devant votre immeuble vous mettra du rose aux joues !

4) Le dîner de filles est un « dîner » ce qui le distingue de la « soirée avec mes copains » : on y mange, on se doit d’y manger : il y va du standing de ces réunions mais aussi de la réussite de la journée du lendemain : je peux citer des noms de personnes qui ont oublié cet adage et se sont retrouvées obligées le jour suivant de traiter leurs dossiers urgents dans les toilettes du bureau ! Un conseil qui sent le vécu : pas de dîner de filles la veille d’une journée à la ferme pédagogique avec toute la classe de moyenne section de la chair de votre chair.

5) Vous avez épuisé toute la soirée les sujets dits « de blonde » : le look de Britney, les rencontres sur Meetic, les amants de Carla mais aussi ceux de vos copines, les problèmes d’après-shampoings et le bilan des soldes. Vous vous couchez avec la pénible impression d’avoir oublié votre cerveau quelque part,  que vos centres d’intérêts communs à toutes tiennent dans un Voici Voilà : vous culpabilisez et vous avez raison ! Un dîner de filles c’est aussi un dîner en ville : parlez politique, religion, boulot ! Echangez, confiez ! Débattez des derniers films que vous avez vu (pitié pas trop des biscotos de Michaël Scofield), du dernier bouquin que vous avez ouvert, faites part à vos amies de vos doutes existentiels, de votre désir de changer le monde (sans sombrer dans le pénible, le tout avec classe et bonhomie).

En bref : vous êtes des femmes et vous avez le droit et le devoir de penser.

Bon dîner

Je reviens avec des adresses.

Karine




Lacroix défile

admin | Revue de mode | Vendredi, 29 février 2008

Chrstian ne m’a pas envoyé d’invit’ pour son dernier défilé mais je ne suis pas rancunière. Voici donc un petit montage du dernier défilé réalisé par les équipes de Elle. C’est ultra structuré, urbain , et je bave carrément devant son manteau blanc col montant très dandy…  à votre tour de baver !
aurore




Julie Lescaut monte à la capitale

admin | Humeur parisienne | Jeudi, 28 février 2008

undefinedEt oui la commissaire rousse du jeudi soir quitte sa banlieue, ses pavillons fleuris et sa piscine municipale pour s’installer à Paris. Nouvelle coupe (aye…), nouvelle brigade, TF1 pense donner un coup de jeune à la série en changeant le décor.
On attend donc julie faisant les boutiques avenue Montaigne avec Carla, sortant au Baron avec Ariel et éventuellement choppant quelques dealers de coke rue de Passy.

À vos zapettes, ce soir, jeudi 28, 21h sur TF1. (Bon perso je serais devant la nouvelle star, donc vous me raconterez !)
aurore




Le Poussette Café

admin | Les petits parisiens | Mardi, 26 février 2008

Logo_Poussette1.jpgPour tester ce nouveau lieu, j’ai rendez-vous avec deux copines, munies comme moi de ces chars d’assauts, que l’on appelle également poussettes/landau, et dont l’apparition fait grimacer n’importe quel bistrotier parisien. Car ici la bonne nouvelle c’est qu’ainsi équipée, vous êtes reçu en VIP

Un local pour garer votre limousine, une chaise haute ou un transat (un seul c’est dommage…) à disposition pour déposer son occupant. 
Et là dans un salon de thé / boutique très chou, on déguste tranquillement un bon thé accompagné de petits
plaisirs sucrés
(une madeleine, un fondant au chocolat et un nounours guimauve tellement régressif). Vous avez également un choix de boissons et jus de fruits frais (pas de quoi sortir en titubant) et l’accueillante vendeuse vous réchauffe bib’ et petits plats.
Pour les enfants un peu plus grands, ils disposent d’un petit espace jeu, de coloriages et de livres à consulter.

Après une papote réglementaire de 3h, un passage par la table à langer, on a fait un tour du côté de la boutique où l’on trouve bien évidemment ce qu’il manquait absolument dans la chambre des petits (impossible de ne pas craquer pour ces poupées de créateur, ces stickers illustrés ou ces mobiles poétiques).

Les futures mamans sont également les bienvenues (aperçus deux spécimens bien avancés) et des des cours de chant prénatal sont organisés pour elles.
Des réunions pour jeunes mamans, des animations pour les enfants et des goûters d’anniversaire y sont également proposés.

Le seul hic, l’emplacement de ce café, au milieu du 9e, face à un square tristoune et difficilement accessibles en transport en commun (à quand le métro adapté aux poussettes et aux handicapés ?).
En attendant vous pouvez quand même vous rendre au Poussette Café avec un porte-bébé, le videur ne vous jettera pas à l’entrée…

parisdamis-site_poussette_cafe-copie-1.png
Poussette Café
du mardi au samedi de 10h30 à 18h30
6 rue Pierre Sémard, Paris 9ème.
Informations sur www.lepoussettecafe.com




Paris by light

admin | Humeur parisienne | Lundi, 25 février 2008

parisdamis-Marko93.png

Découvrez cette vidéo où officient Mehdi Idir et Marko93, inventeurs du light painting (technique permettant de dessiner avec de la lumière). Suivez dans les rues de Paris ces graffeurs non-pollueurs… un vrai moment de poésie…




Un dimanche au Parc Floral

admin | Les petits parisiens | Vendredi, 22 février 2008

parisdamis_parc_floral1-copie-1.JPG
Les fleurs, il faudra attendre un peu avant des les voir colorer le Parc Floral mais ce n’est pas une raison pour bouder ce parc situé au coeur du bois de Vincennes. D’abord puisque justement il n’y a ni fleurs, ni exposition, ni concert en ce moment, vous serez tranquilles, seuls (ou presque) pour profiter des belles perspectives des allées, des odeurs de sous-bois et des prémices d’un printemps à venir. Pas d’embouteillages non plus dans les aires de jeux où vos enfants peuvent à loisir descendre les toboggans, escalader tel spiderman la toile d’araignée géante ou se la jouer Indiana Jones sur la tyrolienne. Et vous vous éviterez ainsi l’incontournable confrontation avec Julo, terreur de 5 ans, qui a poussé votre princesse pour arriver le premier en haut du toboggan. À Paris, c’est rare !

parisdamis_parc_floral3.JPG
Un beau moment de paix, où si vous levez les yeux vous pourrez apercevoir un écureuil roux sautant d’arbre en arbre et nourrir la famille canard avec le pain que vous aurez apporté.
Une dernière raison pour y aller maintenant : l’entrée est  gratuite en hiver, contre 3 euros en saison !

parisdamis_parc_floral2.JPG

Accès :
En métro, ligne 1 station Château de Vincennes
En RER, ligne A station Vincennes
En bus, ligne 46, ligne 112 (liaison métro)
En voiture, à 5mn du périphérique, sorties Pte de Vincennes, Pte Dorée, Pte de Charenton ; à 5 mn de l’autoroute A4, sortie Joinville puis route de la Pyramide.




Paris en balade…

admin | Humeur parisienne | Jeudi, 21 février 2008

Yael Naim m’avait charmée lors de la première partie du concert de Vincent Delerm (mon pêché mignon) à l’Olympia l’année dernière.
Depuis, son premier titre est diffusé partout (vous savez :”lalalala la lala lalala la la lalala”)  mais mon coeur penche toujours pour cette jolie balade qui raconte le Paris de Yael, en hébreux et en français.
Installez-vous confortablement et laissez-vous séduire…




Versailles dans la lumière

admin | @ visiter | Mercredi, 20 février 2008

parisdamis_versailles1.JPG

Prenez un samedi particulièrement ensoleillé, ajoutez des parisiens en goguette, situez l’action au Château de Versailles…
Le ciel bleu azur se reflète dans les bassins du jardin. On fait une pause près du grand canal, en fermant les yeux et en ignorant nos voisins japonais, on entendrait presque le froufrou des jupons de Marie-A
ntoinette.


undefined
parisdamis_versailles5.JPG

parisdamis_versailles4.JPGVous pouvez au choix faire une halte dans le salon de thé du parc, louer des vélos pour parcourir les km de chemins autour du château ou chausser vos escarpins de compet’ pour une virée coquine dans les bosquets. Nous on prend l’option sieste sur le gazon et bib’ à gogo pour ma petite Rose, 3 mois.
Repus de soleil nous affrontons la foule pour visiter le château et ses ors. ça tombe bien, le samedi, c’est nocturne, on a donc tout le temps pour arpenter la galerie des glaces, les appartements du roi et de la reine et oh merveille, découvrir l’exposition du moment “Quand Versailles était meublé d’argent”. Louis le 14e en effet, voulant épater le monde, décida d’équiper son château de meubles en argent massif : “la grande argenterie”. Puis après quelques problèmes de trésorerie et autres interdits bancaires, il fit fondre ces meubles. Aujourd’hui sont exposés dans les salons de réception du roi des pièces venant des cours européennes de l’époque. ça brille, c’est un peu mastoc mais c’est vraiment étonnant. À visiter donc pour ceux qui veulent prendre l’air à Versailles.
aurore

Exposition “Quand Versailles était meublé d’argent”. Jusqu’au 9 mars 2008.versailles_argent.JPG

Avec qui ? : son amoureux pour jouer à la princesse, en famille pour une balade dominicale
Où manger ?
- Face au grand canal, avant une virée en barque, dans le salon de thé du chateau - La Petite Venise - 01 39 53 25 69
- espagnol dans le quartier des antiquaires de Versailles - Le patio des antiquaires - 1, passage de la Geole - 01 39 51 97 77

parisdamis_versailles3.JPGInfos pratiques :

La bonne idée : achetez vos billets à l’avance via le site internet www.chateauversailles.fr, ça vous évitera de faire la queue.

Tarif Château : 18 ans et plus : 13,50 € - 15 € du 20 novembre au 9 mars - Tarif réduit : 10 € - 11 € du 20 novembre au 9 mars - scolaires, moins de 18 ans et personnes handicapées : gratuit
L’entrée du parc est gratuite.

Ouverture : du lundi au dimanche de 9h à 17h30, nocturnes les samedi jusqu’à 22h, uniquement sur réservation.

Accès par le RER C, arrêt “Versailles-Rive Gauche”




Les dessous des parisiennes

admin | Revue de mode | Mardi, 19 février 2008

Puisqu’il faut s’attaquer à des sujets ambitieux, je me lance dans un combat qui me tient à cœur : le port de la petite culotte.
Le string, porté aux nues, a voulu traitreusement prendre la place de notre classique et fidèle culotte… Coton ou dentelle, haute ou échancrée celle-ci fait de la résistance et quelques marques parisiennes la soutienne bien haut.  Pour preuve ces modèles de la collection printemps/été de Fifi Chachnill, la reine incontestée de la broderie rétro et ses culottes 50′. Sexy non ?
Alors, mes sœurs, rejoignez la lutte, portez et montrez à tous que oui la culotte a de l’avenir !

-FifiChachnil_1.jpg
-FifiChachnil_2.jpg
-FifiChachnil_3.jpg
-Fifi-Chachnil_4.jpg




La Gare, le restaurant…

admin | On a testé... | Lundi, 18 février 2008

Me voilà l’âme aventureuse, je me risque donc à explorer l’ouest parisien le temps d’une soirée entre copines… Arrivée au métro Muette, les immeubles cossus sont là pour me rappeler que j’ai bel et bien quitté mon quartier bobo et ses crépis pourris. Il faut bien se l’avouer : c’est beau le 16e (pas au point d’y habiter quand même…) J’ai rendez-vous à 20 h avec mes vieilles copines de lycée (que j’ai quitté depuis un temps certain). je suis en retard mais Hélène l’est encore plus (un classique ;-) ).
Le restaurant est installé dans une ancienne gare de la ligne SNCF de la petite ceinture et a vraiment gardé son aspect extérieur d’alors. À l’intérieur c’est un autre programme, ambiance lounge pour le bar au RDC puis descente majestueuse vers une salle de restaurant aux proportions gigantesques. Tentures, lumières, ça en jette. Les hôtesses sont au garde à vous et dégainent un cintre… par contre impossible de trouver la table des mes amies malgré toute la technologie mise en place. C’est donc aidée de mon mobile que je localise les donzelles.
Pour le repas, à l’image de l’accueil, ça en jette beaucoup mais finalement ça ne fonctionne pas vraiment. Les assiettes se la pètent mais sont mal éclairées, ma purée est trop salée, le choux de marie est immangeable (j’ai testé pour vous le confirmer). Mes St Jacques sont correctes, le tartare de thon plutôt bon. Heureusement je suis en bonne compagnie, le sancerre est délicieux même si son prix va nous doubler la note finale (un menu à 31 euros, une addition à 60 euros par tête…) Et comble de la muflerie à mon avis, notre serveur qui se donne des airs de majordome du roi, ne prend même pas la peine de nous resservir le vin quand il dessert la table.
Vous voilà prévenus. Maintenant le site est grandiose et il parait que la terrasse au beau jour est une des plus agréables de Paris. À tester ?

Avec qui ? : Vos beaux-parents de Neuilly, votre fiancé adepte des pulls sur les épaules, votre patron (qui vous invite).

Infos pratiques : 19, Chaussée de la Muette 75016 Paris. M° La Muette. Tél. : 08 25 00 12 22
www.restaurantlagare.com
SiteInternet-LaGare.png


Que faire dans le quartier ? :

- visiter la Villa La Roche, construite par le Corbusier en 1924 et qui applique les “5 points de l’architecture moderne” définis par ce grand architecte. 8-10 square du Dr Blanche. M° Jasmin. 01 42 88 41 53. www.fondationlecorbusier.asso.fr
- faire crépiter sa carte visa dans la très commerçante rue de Passy
- Rendre hommage à Yves Saint Laurent en découvrant les collections mythiques de ce grand de la mode. Fondation Pierre Bergé - Yves Saint Laurent - 5 av. Marceau. M° Alma-Marceau. 01 44 31 64 31. www.fondation-pb-ysl.net