Quand les “parents bobo parfaits” vont de concert à la MJC

admin | Humeur parisienne | Mercredi, 30 janvier 2008

Et bien cela peut s’avérer une expérience traumatisante pour une mère simplement normale aimante et gentiment galérienne.

On est mercredi, celui qui suit la rentrée et la MJC de mon quartier du « 11 » dans le « 7 » « 5 » a ouvert le feu des inscriptions aux ateliers d’animations.

Au programme échec, cirque, gym, danse, slam, hip hop et je t’en passe.

Début des hostilités : 9h30.

Très fière de moi je me pointe à 8h45 accompagnée de Rosalie, ma fille, 5 ans, et une envie qui la dépasse de porter un tutu rose. J’ai tous les papiers. Rien de va m’arrêter.

J’ai même des pensées perverses : comme je suis un peu chômeuse, je me dis filoutement que seuls les parents exclus du monde du travail seront là aux inscriptions. Les working remp’s, ne vont quand même pas « rttiser » pour un cours de poterie poétiquement intitulé « atelier du rêve » !?…

C’est mal connaître les Nouveaux Parents Bobo mais Parfaits…Ce jour là, croyez-moi, ils ont remporté une victoire de taille sur les Parents Normaux Aimants mais Galériens

Car là…battant la semelle devant ce temple de l’éveil enfantin : des grappes de parents, des bons parents, des parents avec des cernes qui se sont réveillés avant l’aube pour garantir à leurs morpions surdéveloppés un développement plus accompli encore.

Les boules…(je vous préviens j’ai un français un peu vintage et du mal à me défaire du parlé de ma jeunesse).

Notez, j’ai fait bonne figure, je n’ai pas du tout montré à Rosalie qu’en une fraction de seconde, j’avais perdu tout espoir de la voir un jour 1ère ballerine à l’opéra de Paris.

Mais là n’est pas le cœur de mon propos.

Ce dont je souhaite vous entretenir, c’est de la claque que j’ai prise, plus positivement de la leçon que m’ont donnée ces parents parisiens.

Démonstration :

Devant cette foule, j’ai du prendre un air affolé, car deux trois parents m’ont indiqué spontanément une maman qui brandissait une feuille et un crayon : Il fallait que je m’inscrive.

Dans la catégorie des les Nouveaux Parents Bobo mais Parfaits, il y a des meneurs. J’ai eu la chance d’en rencontrer une en la personne de cette femme.

Elle devait être là depuis 7h du mat et avait décidé d’inscrire tous les parents au fur et à mesure de leur arrivée à la MJC afin que lors de l’ouverture des portes à 9h30, les parents arrivés aux aurores ne soient pas piétinés par ceux qui se pointeraient la gueule enfarinée. Et afin que les numéros d’inscriptions soient distribués selon cet ordre d’arrivée.

Une sainte femme échevelée bien décidée à nous donner une leçon de civisme appliqué aux situations extrêmes. J’ai eu le numéro 59, j’ai remercié cette pasionaria de la cause parentale. J’ai sorti le Elle spécial mode et Rosalie son atlas illustré.

Je n’ai pas pu lire. La leçon n’était pas terminée.

Dans la catégorie des les Nouveaux Parents Bobo mais Parfaits, il y a des killers, prêts à tuer pour leurs enfants même pour des peccadilles.

Là, je repère collé à la grille, un homme costaud et emmitouflé assis sur une chaise : je me dis « Pas mal, pas mal, la MJC a même prévu un vigil afin d’éviter les débordements parentaux ». J’avais tout faux. Car, les autres parents admiratifs le désignent en chuchotant : « il est là depuis 6h30 ce matin ». Au secours, c’est un père !!!! Et il apporté sa chaise. Pour avoir le numéro 1.

Un homme à respecter bien décidé à dézinguer toute personne qui tenterait d’empêcher son fils de faire du judo.

Dans la catégorie des Nouveaux Parents Bobo mais Parfaits, il y a des rêveurs, zens même dans des situations hypers tendues.

Aux pieds du papa videur de boîte de nuit, je découvre un être étrange, un père, un autre, assis en tailleur, les yeux fermés. Pétard ! je me dis en mon for intérieur, il s’est levé tellement tôt, qu’il s’est endormi. Mais non ! il faisait en toute simplicité du yoga, quelques exercices relaxants. Peut-être priait-il aussi un peu afin qu’il reste des places dans l’atelier cirque ?

Un homme digne bien décidé à ne pas laisser le stress le faire dévier du chemin extra de l’éducation positive.

A ce stade, j’ai fermé mon Elle, et j’ai laissé mon oreille capter les conversations.

Dans la catégorie des Nouveaux Parents Bobo mais Parfaits, il y a les gagneuses, pour qui l’élevage d’enfant est une guerre où chaque avantage pris sur la copine est une victoire délectable.

Et j’en avais deux spécimens à mes côtés. Au départ, égalité : deux enfant chacune, en primaire, des boulots à mi-temps. Elles ont ensuite énuméré avec acharnement, dans le secret espoir de voir flancher l’autre, le nombre d’activités auxquelles participeraient leurs progéniture cette année : croyez-moi à côté Sarkozy se tourne les pouces. Chaque enfant totalisait à lui seul au moins 5 activités : judo, échecs, natation, danse, piano, anglais par le jeu (les fourbes) ! Et pire ! Non seulement, ces femmes visaient les ateliers de la MJC, mais elles s’apprêtaient à attaquer les Ateliers Bleus de l’Ecole, l’Office municipal des sports et les Centres de loisirs. Totalement déloyal.

Des femmes investies bien décidées à dépenser le budget de 2500€ par enfant qu’elles allouent chaque rentrée à l’épanouissement sans répit de leurs petits (achat du piano non compris).

Dans la catégorie des Nouveaux Parents Bobo mais Parfaits, il y a le père surinformé. Lui, je le connaissais déjà, il squatte devant l’école de ma fille.

Ce père est au foyer (sinon c’est un surhomme) et il s’est fait greffé une MacLaren au bout des mains dans laquelle il n’est même plus obligé de mettre l’un de ses enfants. Cela lui donne une contenance.

Cet homme est partout. Il doit se programmer des tournées quotidiennes : il est au café du coin alors que t’es même pas maquillée, devant l’école alors que tu beurres tes toasts, dans le couloir devant la classe, aux réunions d’informations, au square, aux kermesses, à la MJC, (je le découvrais), à la bibliothèque, à la piscine, au Atac, à la Mairie (je le suppose). Et là il informe, divulgue, prend position aussi, entouré de mères attentives rêvant secrètement d’avoir un mec aussi concerné par le départ en retraite du directeur, la validité du goûter récréatif et les problèmes de PQ qui gratte à l’école. Moi mon mec ricane mystérieusement chaque fois qu’il le croise.

Un homme hyper respectable, bien décidé à ne pas laisser les choses se faire sans lui. Même si je ne suis pas sûre que les activités de ses enfants soient sa première motivation. Sa version féminine est hyper pléthorique.

Dans la catégorie des Nouveaux Parents Bobo mais Parfaits, il a la mère heureuse mais qui se retient de pleurer.

Elle fait tout bien. Bosse, éduque, nourrit. Elle est sympa, originale, au courant des dernières théories concernant la psychologie de l’enfant et les principes d’éducation. Ni trop ni pas assez. En réalité, elle a envie de fuir et de fondre en larmes en même temps. On voit bien qu’elle a est à un cheveu de coller une tartine à ses enfants qui sont curieusement insupportables, a fortiori dans la situation de crise dans laquelle nous nous trouvions tous.

Une femme adorable encore plus vers 55 ans, après le pacs de son petit dernier, bien décidée à ne pas laisser la marmite déborder quitte à payer de sa personne.

Si je peux me permettre une remarque : je trouve très sympa de laisser un monstre de 7 ans choisir ses fringues (dans un souci d’acquisition de l’autonomie blablabla…) mais je me demande si son fils n’aurait pas eu moins envie de cracher sur l’atlas de Rosalie s’il portait autre chose qu’un perfecto noir avec un bermuda et des Bensimon vert pomme…

Voilà. Enfin il fut 9h30 et les grilles se sont ouvertes. On a tous couru, le killeur, le rêveur, les gagneuses, l’informé, l’heureuse etc. La meneuse nous a remis à l’heure croyez-moi.

Je ne m’étendrai pas sur le reste de cette journée. Sachez qu’à 16h30 j’avais inscrit ma fille en modern jazz totalement contre sa volonté et que j’étais venu à bout de mon Elle Spécial Mode.

Je me demande quand même si les Parents Normaux Aimants mais Galériens ne représenteraient pas une sous catégorie des Nouveaux Parents Bobo mais Parfaits.

Karine




L’élégance du hérisson. Qui s’y frotte…

admin | Paris entre les lignes | Lundi, 28 janvier 2008

Frottez-vous à ce livre, devenu grâce à un bouche-à-oreille favorable un des livres les mieux vendus en 2007. Le mien a fait le tour de 3 paires de mains et d’yeux avant d’atterrir sur mon chevet ! j’ai alors découvert les « aventures » de Renée, concierge taciturne le jour et esthète-philosophe la nuit… Car sous les dorures d’un hall d’immeuble chicos du 17e, le vernis craque, les esprits s’élèvent et la mort frappe parfois…  Le ton cynique d’un livre à deux voix (notre Renée et Paloma, une jeune surdouée suicidaire) est parfait… à lire absolument pour regarder sa concierge d’un autre œil !  aurore

--l--gance_h--risson-copie-1.JPG
L’élégance du hérisson • Muriel Barbery
Ed. Gallimard • 20 euros




Paris sur des roulettes

admin | @ visiter | Lundi, 14 janvier 2008

Le skater  Soy Panday nous entraine dans une video bien ficelée à travers  les rues de Paris. Épatatant…
Aurore


PARISien
envoyé par prospective




Premiers jours de soldes, premier bilan.

admin | Revue de mode | Vendredi, 11 janvier 2008

P1010016-copie-1.JPGLe cru s’annonce bon.

Debrief après un raid sur les boutiques du Marais.

En dépit, ou grâce à une météo exécrable, les affaires sont au rendez-vous, pas la cohue : de belles pièces (blouse Isabelle Marant ou tops American Vintage chez Abou d’Abi, petit blouson court ou sublime robe noire chez Bash, compensées vernies chez APC…). Les boutiques de la rue des Francs-Bourgeois et de la rue Vieille du Temple affichent avec panache et régularité des -50% du meilleur effet.

Mention très bien pour Abou d’Abi et Bash et avec leur -50% sur l’ensemble du magasin.

Des encouragements pour Autour du Monde et Petit Bateau pour leurs classiques bien soldés.

Un peu mieux faire pour le Comptoir des Cotonniers qui n’ose que des remises trop timides : -25% sur une pièce àP1010018.JPG 125€, je passe mon chemin. Idem pour Zadig&Voltaire : vue la concurrence de plus en plus rude aux alentours dommage que cette marque devenue mythique ne s’aligne pas (pitié pour le « tunisien » vert émeraude !).

Conclusion, je n’ai pas explosé mon budget, j’ai une super robe et je suis remontée à bloc pour un second raid.

Petits ragots de raideuses soldeuses croisées dans le quartier : n’oubliez pas « les petites marques » (Jonak, Benetton, Gap) ni le vénérable Monoprix surtout pour les nids à microbes qui vous servent d’enfants et encore moins vos bonnes adresses de quartiers mais là je vous rencarderai sur les miennes en dernière semaine….si j’y pense.

A bientôt sur le front du shopping.

Karine




ABC d’archi à Chaillot

admin | @ visiter | Jeudi, 10 janvier 2008

RV pris avec karine au nouveau café du musée pour un thé Marco Polo face à la tour Eiffel. Notre mission de ce jour : découvrir la cité de l’architecture et du patrimoine au Trocadero enfin dépoussiérée après de nombreuses années de somnolence. Entrées dans le grand hall, nous faisons une plongée dans les plus beaux témoignages architecturaux français : voutes romanes, arcs gothiques, sculptures et chapiteaux reproduits en platre à l’échelle 1 s’offrent à nous, enfin accessibles à hauteur d’hommes. Un long hall comme un grand voyage dans le temps.

montage-Archi-copie-3.jpg

Au niveau supérieur, changement d’époque e t de décor : bienvenue à Gattaca ! Nous passons du gigantisme des portails d’églises aux maquettes des réalisations françaises du XXe siècle des bulles psychédéliques des années 70 à l’appartement témoin de la cité radieuse de Marseille. Dans une galerie immaculée, je me penche sur de vieilles connaisances : des réalisations de béton, bois ou verre, semées ici ou là en France, par d’imaginatifs architectes. Intéressant mais moins dépaysant que le premier niveau (je suis une éternelle romantique).

Le conseil du jour : vous pourrez surement vous passer de vous perdre comme votre cobaye dans le coin des peintures murales (15 minutes d’escaliers et de couloirs avant de trouver la sortie), pales copies des émouvantes fresques qui jalonnent les églises françaises et qui tombent à plat hors contexte.

Par contre si vous êtes accessoirisés pour cette visite par de charmants bambins, offrez leur le plaisir de jouer les architectes en herbe dans les ateliers qui leurs sont consacrés, avec deux légos Jojo vous refait Empire State Building et vous le voyez déjà en héritier de Le Corbusier.

Une belle visite en perspective (…)

Avec qui ? : votre beau frère architecte, votre mère fan de gothique flamboyant, votre petite nièce de 8 ans.
Où manger ? :
À la cafeteria du musée avec vue imprenable sur la tour Eiffel. Sandwich, salades…
Au Coq, pour se la péter un peu dans cet ancien bistrot repris par les Costes. 2 place du Trocadero 75016.
Au Tokyo Eat, restaurant du Palais de Tokyo. Un cadre étonnant et une cuisine également pleine de surprise. 13, Avenue Du Président Wilson 75016.

Infos pratiques : www.citechaillot.fr
visite-chaillot.jpg
Ouverture: Lundi, mercredi, vendredi, samedi et dimanche: 11h à 19h, jeudi 11h à 21h - Fermeture hebdomadaire le mardi et 1er mai 2008 - Fermeture des caisses une demi-heure avant la fermeture de la Cité.

Tarifs : Collections permanentes et expositions au musée 8 euros TR: 5 euros Entrée gratuite pour les - de 18 ans et le 1er dimanche de chaque mois Collections permanentes et expositions temporaires (entrée combinée) 10 euros TR : 7 euros

Adresse :  1, place du Trocadéro et du 11 novembre  75116 Paris  Tél: 01 58 51 52 00

Comment s’y rendre ? Métro : Trocadéro (lignes 9 et 6) et Iéna (ligne 9) •  RER : Champs de Mars Tour Eiffel (RER C) • Bus : 63, 32, 82, 22, 30 • Navette fluviale : arrêt Tour Eiffel - Batobus • Vélib’ : 4 avenue d’Eylau • Parcs auto : 6, avenue d’Eylau / 65, avenue Kléber / 19, rue de Passy / 82, rue de Passy




Les soldes des parisiennes, suivez la piste !

admin | Revue de mode | Mardi, 08 janvier 2008

À J-1 du début des soldes, j’en profite pour faire partager aux novices en la matière, mes quelques expériences et conseils.

D’abord où aller ? Choisir un quartier regroupant  le maximum de boutiques avec le minimum de km à parcourir. Dans mon top 3 : le marais et son triangle d’or Charlot / Francs Bourgeois / Temple ; l’éternel Saint-Germain de Saint-Sulpice à Rennes et enfin des Halles à Montorgeuil en passant par Etienne Marcel. L’ensemble dans la journée vous évitera 10 séances au club Biscottos. Pour les plus flemmardes (quoique, vu la cohue générée par l’événement)  vous pouvez opter pour les grands magasins, Printemps ou Galeries Laf.)

Et quand ? Les soldes commencent mercredi 9, et comme vous vous en doutez les premières arrivées seront les premières servies. Donc pour celles qui ont pu se libérer pour le grand jour, félicitations, vous aurez alors sûrement la chance de tomber sur les lowboots à votre pointure ou d’autres articles que vous reluquez depuis le début de la saison. Pour celles qui travaillent, profitez de votre pause déjeuner (négociez une petite rallonge à qui de droit), en espérant que vous n’êtes pas coincé dans le fin fond du 15e arrondissement… Pour les autres, le shopping du samedi risque de ressembler à une vraie expérience extrême, mais là je n’ai pas de solutions !

Soldes

Viendra ensuite la deuxième démarque qui a aussi ses aficionados car elle peut réserver de bonnes surprises (-70%). Une virée shopping en fin de soldes c’est l’opportunité d’une belle flânerie où l’on fait marcher à plein régime son imagination et sa créativité en prenant des risques mesurés: des escarpins vert émeraude c’est un coup de cœur merveilleux à ne s’autoriser qu’à prix cassé !

Quelles enseignes ? S’il vous plait bannissez de votre shopping-list les boutiques de chaînes et cheap shop (H&M and Co) : ça vous pouvez vous l’offrir toute l’année. Profitez de ce cadeau des dieux (-50% !) pour vous offrir des pièces hors de portée habituellement. D’autant plus que les belles marques sont celles qui soldent le mieux (APC, Antik Batik…). Quel intérêt d’attendre les soldes pour acheter un vêtement démarqué seulement à -20% ?

Habillé comment ? Il fait ben frais ces temps ci, donc vous n’échapperez pas au choc thermique dehors / dedans dès que vous rentrerez dans une boutique avec les joues rouges de l’esquimau mamuk. Essayez donc de choisir une seule pièce chaude, que vous pourrez retirer et remettre à loisir au lieu de 15 couches ingérables. Nous n’insisterons pas sur le confort des chaussures, un classique ! Ni sur la pertinence de la jupe/collant/ballerine qui permet de tout essayer y compris un legging à paillettes entre deux portants ! Dans la même logique, oubliez le string !

Seule ou accompagnée ? ça c’est chacun son choix. Perso, je préfère les virées solitaires (pas besoin d’attendre sa copine 3 heures devant les cabines à faire garde-sac). Mais il y a celles qui sollicitent les commentaires sans concessions d’une amie avant de faire crépiter la CB.  Et puis les soldes signifient que l’on ne peut pas échanger en cas d’erreur de taille. Alors en dépit de la queue d’un kilomètre devant les cabines : patientez et essayez ! Ou alors achetez des modèles que vous connaissez ou que vous avez déjà dans un autre coloris : cela vous épargnera les essayages !

Sur ces quelques remarques, je vous souhaite de bonnes soldes et n’hésitez pas à nous faire part de vos expériences, questions et remarques…

aurore




2008 est à nous…

admin | Humeur parisienne | Vendredi, 04 janvier 2008

En attendant l’événement sportif de ce début d’année (les soldes of course !), avalons quelques pastilles
pétillantes associées à un délicieux château Delanoé pour se remettre d’un réveillon un peu trop arrosé (et pas à l’eau plate) et tiens, bien au chaud devant notre Imac, créons un blog !
 
Première résolution de ce début d’année 2008 : nous nous laissons enfin emporter par cette frénésie blogueuse !
 
Le blog de deux parisiennes à l’affût : un créateur remarquable, un relookage de musée, un quartier qui bouge, un plan solde, un resto bon et sympa, un truc à faire avec des gnomes, vous pouvez compter sur nous pour faire passer l’info.
 
La deuxième résolution de cette année 2008 sera, très prochainement nous l’espérons, le lancement de Paris pour un jour ! Mais là chut… c’est encore un secret, nous vous en diront plus au fur et à mesure de l’avancée de notre projet.
 
Nous souhaitons donc à tous pour 2008 beaucoup d’@mour, de f@nt@isie à nos côtés, bref une année belle comme notre ville, p@ris !

Aurore et Karine